logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Journée internationale contre le diabète I La maladie tue une personne toutes les 7 secondes dans le monde

Journée internationale contre le diabète I La maladie tue une personne toutes les 7 secondes dans le monde

Credibilite des sites de rencontre Club de rencontre belfort | - Prostituees barbes   Rencontre arabe en suisse

image article une
Selon les statistiques de l’Oms, en 2012, le diabète a été la cause directe de 1,5 million de décès dans le monde, dont plus de 80% sont survenus dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires. «Il est urgent de changer de comportement afin de se préserver des risques liés à cette maladie». Toujours sur les chiffres, Dr Saïd Ahamada Moustoifa (Kamal) a également ajouté qu’en 2013, le nombre de personnes atteintes par cette maladie passe à 382 millions.

 

Comme chaque année, la journée internationale contre le diabète est célébré hier, 14 novembre, à travers une campagne de dépistage de la maladie. Organisée par l’association comorienne de lutte contre le diabète durant toute la matinée d’hier, cette campagne de dépistage est suivie d’une conférence débat animée par Saïd Ahamada Moustoifa (Kamal). C’était pour le médecin une occasion pour expliquer l’état de la maladie. Parlant ainsi de ses ravages, le médecin voulait tout d’abord convaincre le public par les chiffres. Selon-lui, en 2008, le monde comptabilisait 347 millions de diabétiques avec une forte augmentation de la maladie dans les pays à revenu faible. En tout, 14.000 personnes meurent chaque jour, soit une personne toutes les 7 secondes qui meurt de diabète. On note que deux-tiers des personnes atteintes du diabète ne sont pas diagnostiquées.


Saïd Ahamada Moustoifa (Kamal) a expliqué que les pays pauvres sont de plus en plus concernés. Le diabète n’atteint pas seulement les populations des pays riches, il concerne tout le monde y compris dans les pays pauvres. «La maladie est devenue une épidémie», a-t-il annoncé. Selon les statistiques de l’Oms, en 2012, le diabète a été la cause directe de 1,5 million de décès, dont plus de 80% sont survenus dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires. «Il est urgent de changer de comportement afin de se préserver des risques liés à cette maladie», a-t-on recommandé.

150 nouveaux cas en 2019 aux Comores

Toujours sur les chiffres, le médecin a également ajouté qu’en 2013, le nombre de personne atteintes par cette maladie passe à 382 millions et en 2015, l’Oms a révélé que dans le monde, une personne sur cinq est diabétique et 182.000 personnes ignoraient qu’elles étaient malades. Pour montrer l’ampleur de cette maladie au niveau de l’Océan indien, docteur Saïd Ahamada Moustoifa (Kamal) a précisé que l’île Maurice se trouve en tête avec un taux de 14%, 10% à la Réunion et aux Seychelles et 4% à Madagascar. Ce chiffre de la Grande Ile est à prendre au conditionnel. Quant aux statistiques de notre pays, les chiffres ne sont pas encore définis. Toutefois, au cours de cette année, 150 nouveaux cas ont été enregistrés. Dans son intervention, le conférencier a précisé que «le dépistage effectué ce matin a révélé que sur 178 personnes dépistées, 12 sont atteintes par la maladie et quatre parmi eux ignoraient qu’elles sont malades». Pour montrer la gravité de la situation de cette maladie, docteur Kamal a ajouté que «chaque jour une personne meurt de diabète dans le monde».


Le médecin a expliqué l’importance du dépistage précoce afin de prévenir la maladie ou se donner toutes les chances pour bénéficier d’une prise en charge à temps. Dans sa démarche de sensibiliser la population, le conférencier a expliqué qu’en dehors du dépistage précoce, «les symptômes de la maladie doivent être connus, à savoir les urines fréquents, la soif, la perte de poids alors qu’on mange régulièrement et la fatigue». En ce qui concerne les facteurs de risque liés à cette maladie, le médecin appelle la population à «manger équilibré, à observer des activités physiques régulières, à réduire la consommation de sucre et de cesser le tabac». Par rapport au tabac, le médecin a plaidé devant le préfet qu’une mesure interdisant la distribution de tabac pendant les festivités traditionnelles soit prise afin de sauver la population.

Commentaires